Archives mensuelles : janvier 2017

Décret Trump: «injure à l’Histoire» selon Fillon

François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle, a dénoncé aujourd’hui le décret anti-immigration du président américain Donald Trump, y voyant « une injure à l’histoire des Etats-Unis ».

« J’ai toujours dit qu’il nous faudrait juger M. Trump sur ses actes. Ses premiers décrets sont désormais connus, dont celui sur la fermeture des frontières. Il est compréhensible de vouloir contrôler l’immigration… Mais ce décret est une injure à l’histoire des Etats-Unis », a-t-il déclaré lors d’un discours à Paris devant l’Electronic Business Group, club d’entrepreneurs du numérique.

» Lire aussi – Obama sort de son silence contre le décret anti-immigration de Trump

Il a jugé « stupide » et « incendiaire » de « mettre tous les musulmans de sept pays dans le même sac que les terroristes de l’État islamique », estimant que « ce décret est la meilleure des publicités pour les fanatiques qui rêvent d’enrôler le monde musulman contre le monde occidental ».

Fillon a par ailleurs pointé que, « comme par hasard, certaines monarchies pétrolières, qui ont abrité les penseurs de l’islam radical, ne figurent pas sur la liste de M. Trump ». « Celui qui sera en charge des intérêts de la France ne devra pas être mou. Moi, je ne le serai pas », a assuré François Fillon.

Source: Le Figaro

Pedro Sánchez y el efecto Hamon

By Rubén Amón

Produce cierto estupor exhumar la fotografía que Matteo Renzi, Manuel Valls y Pedro Sánchez se hicieron en Roma en septiembre de 2014. Aparecen los tres sonrientes, uniformados de camisa blanca y pantalón vaquero. Y se les observa ajenos a la catástrofe política que se les avecinaba.
Renzi y Valls han capitulado como primeros ministros de Italia y Francia. Sánchez, desautorizado como secretario general del PSOE, se ha quedado a unas brazadas de La Moncloa. Aunque la foto de los ángeles caídos en cuestión evoca la afinidad de la terna a la mutación de la izquierda. Que no era la radicalización, sino, al contrario, la moderación, la “flexiguridad”, el patriotismo, la centralidad, la identidad, el europeísmo, la refutación del socialismo nostálgico y anacrónico, el pragmatismo.

Seguir leyendo.

Source: El País